Lorsqu’on projette de monter un projet (création d’entreprise, construction d’un immeuble, lancement d’une start-up), il convient de se poser des questions importantes surtout concernant le financement du projet. De nombreuses solutions s’offrent au porteur de projet. Il peut investir ses propres fonds, contracter un emprunt auprès d’une banque, utilisez le crowdfunding, le crowdlending ou profiter des aides octroyées par l’Etat sous certaines conditions.

L’autofinancement

Lorsque vous décidez de financer vous-même votre projet cela s’appelle autofinancement. Si la situation financière vous le permet, utilisez vos ressources propres pour le financement de votre activité est une solution assez intéressante pour vous. Cela ne vous coûte aucuns frais supplémentaires et l’argent est à votre disposition immédiate. Le chef d’entreprise conserve son indépendance et peut travailler sans subir une quelconque pression d’autres investisseurs. Le fait de financer soi-même son projet est un gage sérieux pour les collaborateurs. Il les aide à croire en votre projet. Notez toutefois que cette solution peut affecter votre trésorerie et mettre l’investisseur dans une situation imprévue. Vous devez tenir compte de votre capacité d’autofinancement et investir à la limite d’une perte tolérable. L’autofinancement est recommandé aux entreprises rentables disposant d’une trésorerie.

Les banques et les fonds d’investissement

Pour le financement d’un projet, il est possible de contracter un crédit bancaire. La banque octroie des fonds en échange d’un engagement de l’entrepreneur. Il s’agit du remboursement du capital et des intérêts à une période déterminée. Le crédit peut être accordé par une banque ou un groupement bancaire de plusieurs institutions financières. Le but du pool bancaire est de partager le financement du projet, de mutualiser les risques et de permettre à la société de ne pas être dépendante d’une seule banque. Le principal avantage du crédit bancaire réside dans le fait que l’entrepreneur reste le seul propriétaire de son entreprise et conserve son pouvoir de décision. Les fonds obtenus permettent d’acquérir des immobilisations matérielles et immatérielles. Le prêt complète les ressources principales de l’entrepreneur. Si votre projet porte sur l’immobilier, vous pouvez en apprendre plus sur les sources de financement possible sur https://www.startingmag.fr/.

Pour obtenir un crédit bancaire, vous devez remplir certaines conditions à savoir :

  • La rédaction d’un plan d’affaire précis, concis et détaillé,
  • L’exigence d’un apport minimum,
  • La présentation des garanties.

Le financement que vous recevrez dépendra de la capacité de remboursement de l’entrepreneur et de la viabilité du projet.

Concernant le fonds d’investissement, il s’agit d’un organisme composé d’investisseurs et d’épargnants qui réunissent des sommes destinées à un investissement en capital dans les entreprises. Chaque fonds est spécialisé dans un secteur d’activité spécifique. Pour lancer son projet, l’entrepreneur peut demander un financement en capital-risque.

Le crowdlending

Il s’agit d’un financement participatif qui suit le même principe que le crowdfunding, mais qui porte uniquement sur les prêts. Les particuliers et les entreprises intéressés par le projet apportent leur contribution. Au terme de la campagne, si le montant escompté n’est pas atteint, les sommes investis sont restituées aux personnes ayant contribué.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.